Le futur de l’automobile passe par la robotique

 

robot_mines

L’école des Mines (on dit aujourd’hui Mines ParisTech) fête les 20 ans de son centre de robotique. Je connais bien ce labo, qui a participé à des programmes de recherche et qui défend depuis longtemps l’idée d’une assistance graduelle jusqu’au rêve (et qui a tendance à devenir de plus en plus réalité) de la conduite entièrement automatisée.

DSCN1129

Si vous voulez vous faire une opinion, vous pouvez lire l’ouvrage de Claude Laurgeau : « Le siècle de la voiture intelligente » (Presses des Mines, collection mathématiques & informatique). En 250 pages, le fondateur de ce laboratoire de robotique retrace l’épopée de l’informatique embarquée, l’essor de la communication sans fil et surtout l’arrivée des nouvelles technologies dans l’automobile. La première partie est une présentation assez complète et imagée de la télématique routière (navigation GPS, cartographie, services) et des systèmes d’assistance à la conduite. La deuxième partie aborde plus en détail les travaux du laboratoire. C’est l’occasion de se plonger dans les capteurs (radars, vidéo), la cartographie dynamique (qui reconstitue l’environnement à partir de la fusion de données) et dans le monde de l’intelligence artificielle (reconnaissance de panneaux routiers et d’objets, gestion de la trajectoire dans un environnement complexe). Aujourd’hui, ces équipements sont une réalité sur certains véhicules, mais à l’époque l’approche était vraiment innovante.

sample_system

Incontestablement, Mines ParisTech a été un pionnier et le centre de robotique a donné naissance à de nouveaux acteurs, dont la société Intempora qui a développé le logiciel RTMaps pour de l’acquisition de données. Au sein du collectif LARA (LA Route Automatisée), les chercheurs continuent à aider les industriels, notamment dans le cadre du projet européen Have it (dont j’ai déjà parlé sur ce blog) et qui concerne à la fois les autos et les poids lourds pour de la conduite automatisée.

Flotte-de-C3

Ce que je retiens également, c’est ce plaidoyer pour un Grand Prix de France des Cybercars : un championnat de véhicules automatisés, à l’image de ce qui a pu être fait aux USA avec le Darpa Challenge. Il n’existe aucun équivalent en Europe. Alors, pourquoi ne pas créer un tel événement en France et près de Paris ?

Tags : , , , ,

2 réponses à “Le futur de l’automobile passe par la robotique”

  1. Thierry R dit :

    Peut être qu’avec la crise les ParisTechniciens auront une plus faible appétence pour la finance et pourront de nouveau faire de grands projets industriels, c’était plus vraiment la cas ..

  2. Carlos dit :

    Il y a bien une compétition de véhicules (sémi-)automatisés en préparation en Europe: le Grand Cooperative Driving Challenge (http://www.gcdc.net/).

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.